top of page

Sécheresse : quel avenir pour l'agriculture ?

Dernière mise à jour : 4 nov. 2022

Le nombre de canicules et les sécheresses l’accompagnant ont largement augmenté au cours des 30 dernières années ayant des conséquences dramatiques pour les agriculteurs. Tous les modèles montrent que les sécheresses vont continuer de sévir tant que notre mode de vie ne change pas. Dans ces conditions, quel avenir pour l’agriculture ?

Est-ce que l’agriculture peut s’adapter au changement climatique ? Et même mieux, comment l’agriculture peut participer activement à l’effort contre le dérèglement climatique grâce à des nouvelles pratiques plus vertueuses ?


Commençons par se demander : Qu'est-ce que la

sécheresse ?


Il s’agit d’un phénomène naturel, caractérisé par un manque d’eau sur une durée suffisamment longue pour en affecter l’environnement.

Il existe différents types de sécheresse:

  • La sécheresse météorologique; qui est une insuffisance prolongée de précipitations

  • La sécheresse agricole; liée à un déficit en eau des sols superficiels suffisant pour affecter le bon développement de la végétation.

  • La sécheresse hydrologique; elle se manifeste lorsque les niveaux des lacs, rivières ou nappes souterraines sont anormalement bas.



PARTIE 1 : exposition du problème

Sécheresse à l’échelle de la planète


A l’échelle mondiale, les zones les plus touchées par ces épisodes de sécheresse sont les zones tropicales et subtropicales. Les zones arides (comme l’Afrique et l’Asie occidentale) sont également touchées, et particulièrement vulnérables. Selon le rapport de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), depuis 2000, le nombre et la durée des sécheresses ont augmenté de 29 %. Ce phénomène est lié principalement à un déficit d’eau et à des températures élevées. Par exemple, en cas de faibles précipitations durant l’hiver et le printemps, les réserves d’eau ne peuvent se recharger suffisamment. Accompagné de températures élevées dû au réchauffement climatique, cela entraîne une évaporation, un assèchement et une érosion des sols.

Une autre cause est la sur-consommation par l’activité humaine en eau qui entraîne et accélère l’aggravation de la sécheresse. En effet, si les réserves en eau ont déjà diminué en raison des phénomènes météorologiques, l’activité humaine, elle, ne diminue pas, entraînant une surexploitation des ressources en eau, et donc un assèchement des nappes phréatiques.


Fig 1: Schéma de l'impact d’un seul degré de différence sur différents environnements. Source :World resources institute

A cela s’ajoute la pollution de l’atmosphère qui entraîne un réchauffement progressif des températures terrestres et qui va donc accentuer les phénomènes météorologiques tels que les canicules.

La canicule se définit comme un manque de précipitations et des périodes de fortes chaleurs sur une longue durée. Ce phénomène accélère l’assèchement des sols et ainsi les sécheresses.

Cette hausse des températures terrestres que l’on évalue à +1,5°C minimum d’ici 2050 aura de lourdes conséquences sur l’environnement (c.f Fig.1), dont l'amplification de la fréquence et de l’intensité des incendies. Chaque année, pas moins de 350 millions d’hectares de forêt sont brûlés par des incendies, soit six fois la superficie de la France.


Les sécheresses sont souvent suivies d’averses et d’orages intenses pouvant causer des inondations. De plus, le sol sec devenu imperméable absorbe moins bien les précipitations, accentuant les risques d'inondations. Une expérience de l’université de Reading (la vidéo ici) a été particulièrement partagée sur les réseaux sociaux et montre de manière assez simple l’impact que l’humidité des sols a sur l’absorption de l’eau. En effet, on y voit que sur un sol humide, l’eau contenu dans le verre renversé est absorbée en quelques secondes, tandis que dans le cas d’un sol sec d’après sécheresse, l’eau est à peine absorbée après 1 minute d’expérience.

Toutefois, des scientifiques estiment l’expérience faussée par la fine couche d’air présente entre le verre et la terre, due à la présence de gazon dans le cas 1.




Sécheresse à l’échelle de la France


En France les régions les plus touchés par la sécheresse sont la Provence, le Pays de la Loire, le bassin parisien et les plaines d’Alsace et de Limagne. En effet selon le SSWI (indice d’humidité) et le SFI (indice hydrologique), la durée de déshydratation de leur sol est plus importante que pour le reste du territoire Français. Mais la sécheresse ne concerne pas que ces régions de France, c’est pourquoi il existe 4 niveaux de vigilance sécheresse. A partir d’un certain niveau, les préfets peuvent prendre des mesures par arrêtés à l’échelle du département.

Cette année le territoire de la Bourgogne Franche-Comté à été classé: Niveau 4 / rouge,

« crise», le plus haut niveau d'alerte en France !

Durant l'été 2022, une chaleur durable s’est installée en France avec 3 grosses vagues de chaleurs : du 15 au 19 juin, du 12 au 25 juillet et du 31 juillet au 13 août. La semaine du 8 août, 93 départements français ont fait l’objet de restrictions d’eau dont une soixantaine en niveau de « crise ». Le mois de juillet a été exceptionnellement sec et ensoleillé. Constante qui s’est prolongé sur la première partie du mois d’août. De manière générale, les températures ont été supérieures aux normales la quasi-totalité de l’été (en moyenne 1 à 3°C au-dessus des valeurs saisonnières moyennes), plaçant l’été 2022 au rang de deuxième été le plus chaud sur la période de 1900 à 2022 derrière l’été 2003. Des températures records ont également été enregistrées : 36.2°C le 18 juin , 37,6°C le 18 juillet. Ce qui a eu pour conséquence une sécheresse des sols visible sur de très nombreuses régions en surface avec une terre craquelée, des plantes et arbres desséchés aux couleurs automnales. Cette sécheresse se ressent également au niveau des nappes phréatiques.


Les nappes phréatiques représentent l’eau stockée. Elles permettent de voir les réserves en eau disponibles et d’avoir une vision sur le long terme (c.f Fig.2). Durant août 2022, la plupart des nappes phréatiques de France ont été placées en niveau modérément bas voir en niveau bas.



Fig 2: Plan des situations des nappes en août 2022. Source : Banque ADES

Cependant, les réserves en eau concernent également la pluviométrie, qui représente la quantité d’eau qui tombe par précipitation. Cette donnée est instable (c.f. Tab.1) car il est difficile de prévoir à l'avance la pluviométrie à venir.



Fig 3: Schéma des températures et précipitations depuis l’été 1959. Source : Météo France

En France, le mois de juillet a été le mois le plus sec depuis 1959, avec un écart de -85% à -91% selon les régions, par rapport à la normale. Sur l’été, le déficit pluviométrique a atteint 25% sur la France en moyenne. Cet été se classe au dixième rang des étés les plus secs sur la période de 1959-2022 à l’échelle de la France (c.f. Fig 3 ).


2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016